La suppression de la taxe d’habitation en 2019 est-elle à votre avantage ?

La suppression de la taxe d’habitation en 2019 est-elle à votre avantage ?

Dans le cadre de l’exonération d’impôt foncier, Emmanuel Macron envisage de supprimer la taxe d’habitation pour près de 80% de la population française dès le début de l’année 2019. S’agit-il d’un cadeau empoisonné ou devrait-on considérer que c’est une aide de l’Etat à l’accès au logement ? Dans tous les cas, cette décision va impacter la Trésorerie.

Une mesure qui est accueillie avec stupéfaction

Suite aux manifestations des gilets jaunes, Emmanuel Macron s’est empressé de prendre une décision qui est motivée par le ministère de l’Action et des Comptes publics. En effet, afin de calmer les tensions et de rétablir la paix, Emmanuel Macron a tenu à faire une annonce des plus étonnantes. En effet il entend appliquer la loi sur la suppression de la taxe d’habitation dès l’année prochaine, et cela pour 80% des citoyens français. En effet, ce petit détail marque un changement important dans cette réforme puisqu’initialement, la suppression de la taxe d’habitation était prévue en trois étapes.

Une extinction d’impôt qui était prévue par palier

En effet, l’État a prévu de procéder aux réformes sur la taxe d’habitation en trois temps. D’abord une baisse de 30% de l’impôt en début de semestre, suivi de 65% de réduction, jusqu’à ce que le quota atteigne 100% à la fin de l’année 2019. Cette prévision est donc à l’opposé des propos du Président de la République qui tente de délester les gilets jaunes en promettant une exonération totale de l’impôt dès le début de l’année pour la plupart des Français. En chiffres, l’application de cette décision permettrait aux Français d’économiser au moins 500 euros sur leur budget.

Une mesure qui va affecter les caisses de l’État

L’application de l’exonération d’impôt dès début janvier 2018 n’est pas sans conséquences. En effet, d’après les évaluations, cela va engendrer une dépréciation de 10 milliards de recettes sur les caisses de l’État. De plus, ce manque à gagner va encore augmenter puisque l’État doit encore accélérer le rythme de l’exonération pour les 20% de Français qui n’ont pas bénéficié de l’exonération d’impôt.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*